the dead zone
     
the dead zone
Parce que ces paysages tiennent mes souvenirs, je souhaitais y figurer la mémoire de mon enfance, une zone morte et cependant si envahissante.
Cette zone morte dicte mon rapport à l'espace, comment me fallait-il la représenter ?
J'ai naturellement pensé au cube noir, parce qu'il m'a semblé que ce serait encore la forme la plus simple à construire, puis cela renvoyait à la boite noire ainsi qu'à la chambre noire. Je songeais aussi à cette bande dessinée intitulée « la fièvre d'Urbicande » de Schuiten & Peters qui m'avait fasciné.
Après avoir procédé de tâtonnements en tâtonnements, j'ai finalement opté pour cette architecture en bois de contreplaqué, légère et solide, que j'ai alors menée dans le paysage au gré de ma mémoire.
Top